52 histoires pour s'inspirer
Sommaire picto-suite 26 28 picto-suite
Entreprises 27

+ de calcin, - de carbone : l'équation gagnante de Saint-Gobain Glass

Atteindre la neutralité carbone en 2050 : c'est l'engagement pris par Saint-Gobain en 2019. Pour son activité historique de production de verre plat, portée par Saint-Gobain Glass, une partie importante de la réponse réside dans l'utilisation accrue de calcin (verre issu du recyclage) dans la production de verre neuf. Rencontre avec son Directeur industriel, Aymeric Daudet, qui nous présente le projet Tri Calcin, mené dans le nord de la France, avec le soutien du Plan de relance.

Qu'est-ce que le calcin ? 
Aymeric Daudet : Le calcin est constitué de débris de verre qui peuvent remplacer des matières premières dans le processus d'élaboration du verre. ll peut s'agir de chutes de production ou bien d’éléments vitrés usagés issus de chantiers de rénovation des bâtiments.

Concrètement, quels sont les bénéfices environnementaux du calcin ?
Ils sont nombreux ! Tout d’abord, 1 tonne de calcin recyclé dans nos fours de verre plat représente une économie de 1,2 tonne de matières premières ; une donnée clé à l'heure de la raréfaction des ressources, notamment pour le sable, principal constituant du verre. Ainsi, l’utilisation du calcin représente aussi une économie de 20 % de transport (et donc de CO2 indirect). Par ailleurs, dans les matières premières verrières, en plus du sable, on trouve de la dolomie, du carbonate et du calcaire, qui sont des matières naturellement carbonatées. Elles relâchent leur CO2 spontanément pendant leur combustion dans le four verrier et c'est un élément important de nos émissions de CO2. En résumé, fabriquer du verre à partir de calcin représente une réduction de 60 % des émissions de CO2 directes. 

Comment intégrer davantage de calcin alors ? 
Chez Saint-Gobain, nous recyclons depuis toujours le calcin issu de nos chutes de production internes ; mais notre souhait, c'est aussi de réussir à recycler du calcin externe, issu de chutes de nos clients, voire du calcin en fin de vie, comme des anciennes fenêtres issues de chantiers de rénovation ou de démolition. Malheureusement aujourd'hui, la quasi-totalité du verre en fin de vie part en enfouissement, car le processus de valorisation des déchets de démolition des chantiers n'est pas encore mature et que la qualité du calcin issu de ces démantèlements n’est pas compatible avec les exigences qualité de notre process et de nos clients. En effet, la présence d’impuretés en quantité infinitésimale dans le calcin peut conduire à des pertes de rendement et de CO2 associés bien supérieures aux gains évoqués précédemment !

Présentez-nous justement le projet Tri Calcin ? 
Le projet Tri Calcin qui sera mené sur le site d'Emerchicourt-Aniche (59), avec le soutien de l'ADEME, vise à investir dans une ligne de tri et de contrôle du calcin à l'entrée du process, qui pourra inspecter de manière automatique la qualité du calcin entrant. Cela renforcera la robustesse du process industriel, et permettra de mieux travailler avec nos fournisseurs actuels sur la qualité du calcin entrant, de diversifier les flux entrants et au final d’augmenter considérablement la quantité de calcin. Ce procédé pourra ensuite être dupliqué sur les différents sites de Saint-Gobain Glass dans le monde, afin d'intégrer toujours plus de calcin dans nos process de production, et ainsi réduire significativement l'empreinte carbone de notre industrie.

COMPRENDRE LE VOLET DÉCARBONATION DE L'INDUSTRIE DE FRANCE RELANCE

Il est doté d’une enveloppe totale de 1,2 milliard d’euros d’ici 2022, dont 200 millions d’euros dès 2020. 

→ l'AMI « Evolution des procédés au service de la décarbonation dans l’industrie », pour soutenir des projets d’envergure de transformation des procédés contribuant à leur décarbonation ;
→ l'AAP « Aides à l’investissement et au fonctionnement, pour soutenir la transition vers la chaleur industrielle bas-carbone et l’usage de chaudière biomasse plutôt que charbon, fuel ou gaz ;
→ l'AAP « Efficacité énergétique des procédés et des utilités dans l’industrie », soutiendra dès 2020 sous la forme de subventions les projets d’investissements supérieurs à 3 millions d’euros.    

Plus de 6 000 t CO2/an

c'est la réduction des émissions de CO2 attendue par l'augmentation du taux de calcin utilisé en substitution des ressources naturelles pour une usine de production de verre plat. 

21 %

part de l'industrie dans les émissions de GES*.

72,3 Mt CO2

émises en 2017 par l'industrie manufacturière en France*.

200 millions d'euros

enveloppe 2020 du volet « décarbonation de l'industrie » du plan France Relance.

* Source : CITEPA

2 formations « bas-carbone » dédiées au monde industriel soutenues par l'ADEME 

Depuis 2019, deux dispositifs de formation partiellement ou totalement gratuits ont vu le jour. Le premier, Pro-Refei, est destiné aux personnes en charge de la gestion de l’énergie dans les entreprises, pour les aider à améliorer la performance énergétique de leur site. La deuxième, Inveest, s’adresse aux acteurs du financement – banques, directeurs financiers, directeurs industriels, experts-comptables… – avec l’objectif d’accélérer les investissements dans des solutions bas-carbone pour l’industrie.    

Continuez votre lecture
21

Récupérer la chaleur produite par le CERN pour alimenter le quartier d’à côté !

15

Économie circulaire : à la découverte d’un territoire labellisé

31

La transparence climat au menu chez AXA