52 histoires pour s'inspirer
Sommaire picto-suite 34 36 picto-suite
Entreprises 35

« Habiller les gens, plutôt que leur vendre des habits » - Madjouline Sbaï, vice-présidente de l'association Fashion Green Hub

Sociologue de l'environnement et vice-présidente de Fashion Green Hub, un consortium de plus de 200 entreprises engagées dans la mode durable, Madjouline Sbaï est une figure engagée de la mode écoresponsable. Elle nous en dit plus sur les contours de la mode durable.

La mode circulaire, qu'est-ce que c'est ? 
La mode circulaire, c'est appliquer les principes de l'économie circulaire au secteur de la mode. Cela peut prendre 1 000 formes : c'est éco-concevoir des vêtements en privilégiant des matières premières mieux disantes d'un point de vue environnemental. C'est avoir des process qui limitent les chutes et penser la fin de vie du produit dès sa conception. C'est changer le modèle de distribution en développant des nouveaux services tel que la réparation, la customisation, la fabrication à la demande. C'est enfin utiliser des matières recyclées, y compris venues d'autres secteurs. 

C'est donc une manière de se réinventer pour le secteur ?
 
Quand on regarde tout ça, on se dit que le champ de créativité est incroyable ! Pour ces professionnels qui sont d'un métier de la créativité, c'est une chance pour renouer avec leur cœur de métier : créer, s'intéresser aux matières, s'adapter aux goûts, à l'état de la société, développer une approche culturelle de leur métier.

La mode circulaire est une manière de se réinventer dans un secteur dont le modèle économique est à bout de souffle, et qui a connu de multiples crises. La filière de confection et de fabrication textiles en France s'est considérablement amenuisée depuis ces 30 dernières années. Et l'essor de marques et d'enseignes arrive aujourd'hui à un tournant, qu'on voit dans les nombreux plans sociaux, dans les fermetures d'enseignes, le changement des habitudes d'achat des Français etc.  

Parmi les entreprises du secteur qui sollicitent Fashion Green Hub, quel niveau de prise de conscience constatez-vous ?
On constate un véritable foisonnement. Il ne se passe pas une semaine sans qu'une marque nous contacte pour réfléchir aux manières de rendre plus durables leurs activités. La préoccupation est aujourd'hui largement partagée par l'ensemble du secteur. Prenons l'exemple de la seconde main, qui est l'un des sujets majeurs aujourd'hui. C'est un mode de consommation qui se développe largement chez les Français : plus d'un Français sur deux a acheté de la seconde main l'année dernière ! Aujourd'hui, on voit des marques établies lancer des sites Internet de seconde main : c'était vu hier comme « l'ennemi », et aujourd'hui de grandes marques comprennent qu'elles doivent également avoir un rôle et s'impliquer sur ce marché. Cela fera partie demain des manières dont on s'habille, et elles doivent l'intégrer dans leur modèles business.

Pouvez-vous nous citer d'autres initiatives durables menées par des acteurs emblématiques du secteur ?

Elles sont multiples. L'intégration de matières mieux disantes d'un point de vue environnemental est bien sûr centrale aujourd'hui : qu'il s'agisse de matières bio, mais également des matières produites localement ! On constate par exemple une vraie appétence en France pour la filière lin, qui est produit en France. De nombreuses marques s'essayent à l'utiliser en substitution de matières moins durables, tel que le coton conventionnel, le polyester... Parmi les matières produites localement, il y a aussi bien sûr les matières recyclées, qui sont de plus en plus utilisées. La relocalisation est également une tendance que l'on observe, et qui peut être liée à l'utilisation de matières premières « locales ». Sans doute la Covid-19 a-t-elle contribué à accélérer cela. On entend de plus en plus parler de « néolocalisation », de « territoire fabricant »... C'est quelque chose auquel nous avons toujours cru au sein de Fashion Green Hub ; c'est aujourd'hui une conviction partagée au sein de nombreux acteurs du secteur. Il n'y a pas encore de changement d'échelle, mais on est aux prémices de ce changement.  



En 2020, l'ADEME a soutenu l'association Fashion Green Hub dans le cadre des Fashion Green Days et a lancé avec la Métropole de Lille la première édition des Trophées de la mode circulaire. Pour en savoir plus sur les « Fashion Green Days », rendez-vous ici

Continuez votre lecture
12

Energie, les citoyens mettent la main à la pale

42

« D'obligation réglementaire, l'open data est devenue opportunité ! » - Laurent Morice, Chief Digital Officer à l'ADEME

29

A Dijon, les transports rouleront bientôt à l'hydrogène vert